Je sais que ça peut paraître des projets interminables mais je fais volontiers une couverture pour offrir car son côté enveloppant correspond tellement bien à mon état d’esprit lors de sa réalisation. Et puis ce sont des pièces dont on ne se détourne pas si rapidement. Alors peu importe le temps que ça met.

Et là, vraiment, on peut dire que ça a traîné. Je l’ai commencée fin mars 2020 et terminée début mars 21.

Mais c’est quoi cette gestation de baleineau bleu ?

Je ne sais pas…

  • Il faut dire que toute en mailles serrée (ce qui est très consommateur), elle est réalisée de l’équivalent d’un peu moins de 5 km de fil (47 pelotes) pour des dimensions de 1,25m sur 2m.
  • et puis j’aime bien regarder la télé en même temps, et quand je crochète je dois regarder où je pique et du fait, je loupe plus d’images qu’au tricot. Donc j’opterai moins souvent pour un ouvrage au crochet.
  • et puis peut-être un petit manque d’intérêt pour ces couleurs, aux allures un peu années 60-70, non ?

Bon, voilà, j’aurais préféré quelque chose de moins sombre dans son ensemble. J’avoue avoir bien essayé d’infléchir un peu son choix mais Sabin avait ses idées. Et c’est tant mieux dans le fond !

couverture Sabin en entier

Ce sont les règles de ce jeu : modèle et coloris sont choisis par le destinataire !

Je n’ai pas beaucoup de limites techniques et je suis à l’aise avec l’anglais donc avec Ravelry le choix était vaste.

Sabin a été inspiré par « The see breeze blanket » de Mark Rosenboom.

Ce n’est pas la réalisation exacte du modèle, je n’ai pas fait le motif central, j’ai fait plusieurs répétitions des autres et Sabin avait opté pour moins de nuances de couleurs, c’en est donc une variante, si l’on peut dire.

Mark Rosenboom propose de très jolis projets, n’hésitez pas à aller les voir.

Celui-ci, techniquement, est assez facile à faire.

On travaille toujours sur l’endroit, en crochet relief mais assez basique.

couverture Sabin le relief

On coupe le fil à chaque bout de ligne, ce qui constitue les floches sur le côté. Pour avoir une certaine uniformité dans la longueur des floches, je prenais la longueur de mon crochet comme référence.

couverture Sabin les franges

Le fil, c’est Cosy Fine de Durable, il est doux au toucher, et très facile et agréable à travailler. Il a aussi une belle résistance, il est impeccable pour ce genre de réalisation.

couverture Sabin le relief

Pour ma part, je ne suis pas une grande crocheteuse. Je suis pourtant prête à tout essayer mais j’ai moins d’expérience et j’avoue une moins belle maîtrise de la régularité qu’en tricot.

Et en effet, ici j’ai commencé en 4,5mm et j’ai continuée en 5 mm parce que j’avais tendance à trop serrer. Je n’ai pas pu avoir une belle régularité de la largeur, pour une couverture, ça passe mais un vêtement, j’aurais dû défaire ! Je ne suis même pas sûre d’avoir maintenu le bon nombre de points. Et pour couronner le tout, dans ma précipitation sur la fin du projet, j’ai omis 2 lignes de couleurs. Bref, pas un projet dont je tire une grande fierté.

couverture Sabin les dessins

Si ça vous tente d’essayer la technique de mosaïque au crochet mais que vous n’êtes pas nécessairement enthousiaste à l’idée d’entamer une couverture, j’ai aussi repéré pour vous sur Ravelry (mais non, rien à voir avec le fait que j’y suis toujours fourrée) :

un châle

un snood

un sac

Alors, qui se lance ?

La couverture de Sabin
Taggé sur :        

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *