Petit dialogue schizophrénique

” Oh ça faisait longtemps!… alors? Un petit coup de mou, Alexandra ?

– Pas vraiment, des relents de l’été dernier…

– Ah bon, dis-m’en plus…

– Ce gilet, je l’avais commencé en avril 2020…

– Ah oui, avril 2020, une bien drôle de période…

– Oui mais bon, on ne va pas revenir là-dessus

– D’accord, allez raconte !

– Ben voilà, c’est un modèle de gilet de Lisa Richardson qui combine 2 nuances de gris et du blanc dans un effet ligné horizontal que je trouvais intéressant. En tricot, les rayures horizontales sont le jeu de couleur le plus facile mais ça n’oblige pas à rester basique. En changeant les largeurs de bandes et ou les textures on obtient des compositions attrayantes.

– Oui, joli modèle, mais t’as changé les couleurs…

– Oui, j’ai choisi 3 tons de bleus

– Un gilet à lignes tout bleu comme ça, c’est pas un peu classique pour toi ? Un peu moins « flamboyant » qu’à ton habitude, non?

– Bah oui, on m’a fait la remarque bien sûr et en plus j’ai hésité longtemps avec du rose ou du mauve et c’est vrai que la couleur est plutôt « sage » mais son design avec les fines lignes duveteuses donne un rythme original. Parfois, vois-tu, Point trop n’en faut !

– C’est pas faux

– Ah…ah ! Les fils donc c’est Cotton Cashmere et Kidsilk Haze.

– Oui, et donc ?

Kidsilk Haze, un bonheur de douceur et de brillance mais je t’en reparlerai à l’occasion et Cotton Cashmere, c’est un mélange sur une base coton avec une touche de cashmere qui lui apporte des jolies nuances subtiles de couleurs, une certaine douceur qu’un 100 % coton n’aurait pas et un profil « quatre saisons ». C’est aussi un fil qui donne une belle définition de points. Un plaisir quoi !

Kinetic Rowan Cotton Cashmere

– Et c’est tellement important le plaisir !

– Ouiiii ! Et ces petites incursions de mohair et soie qui viennent caresser agréablement la peau…

Kinetic Rowan KSH Cotton Cashmere

– Bon on se calme hein !

– Euh…Oui,… ben justement mon calme il a été mis à l’épreuve

– Et comment ça ?

J’ai dû refaire plusieurs fois la tête de manche (je ne sais même plus combien de fois) parce qu’elle ne correspondait pas aux lignes du corps du gilet, or je voulais absolument cette correspondance. Alors, erreur du modèle ou quoi je ne sais pas mais j’ai fini par y arriver comme je voulais et je suis contente d’avoir persévéré.

Kinetic emmanchure

– Comme quoi défaire est parfois nécessaire

– Bon, le moins souvent possible, hein !

– Oui et au final ?

– Je ne l’ai pas encore beaucoup porté, je l’ai terminé fin août et je n’ai mis les boutons que bien plus tard…Je suis allée les chercher dans la petite mercerie Brodery de Namur , ils sont « juste ce qu’il fallait » comme d’habitude. A vrai dire, il se porte très bien ouvert mais bon, quand on est attachée aux détails de la finition…

Kinetic détails bouton

– Un rien maniaque ?

– En tricot, je crois l’avoir déjà avoué, un peu, oui…cet ouvrage ne fait pas exception, j’ai procédé selon mes petites modifications habituelles devants et dos d’une seule pièce, assemblage des épaules à 3 aiguilles, manches en rond, corps et manches un peu moins longs… et je n’ai pas fait les poches mais finalement c’est un beau gilet, non ?

– Bah…Oui…

– En tout cas, j’en suis contente et je me réjouis de l’arrivée de la belle saison pour le porter à nouveau.

– Et bien tant mieux, terminons sur cette note de réjouissance !

– Allez ! A la prochaine !”

Mon gilet Kinetic
Taggé sur :                        

2 réflexions au sujet de « Mon gilet Kinetic »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *