Allez ! Ça faisait longtemps…un bon petit dialogue schizophrénique 😉

– Oh mais que te voilà chaudement vêtue !

manteau Hydrangea flowers

– Ah ça oui, c’est bien chaud, c’est une pure laine norvégienne. C’est Vams PT3 de Rauma Garn.

– Et elle n’est pas un peu rêche ?

– Effectivement, c’est une laine rustique. Mais c’était bien l’idée…

– Ah bon, c’est étonnant quand même, tu n’es pas adepte de douceur ?

– Si, si, j’adore la douceur des fils… mais voilà j’avais envie de tricoter aussi ce genre de laine.

– Et pourquoi donc cette lubie?

– On dit ces laines à l’épreuve du temps et j’aime l’idée de « traîner » une pièce faite-main pendant des années jusqu’à l’élimer peut-être. C’est aussi l’idée d’artisanat champêtre, modeste, robuste et simple qui m’attirait irrésistiblement. Alors oui, c’est une laine assez rêche en effet et pourtant je l’ai trouvée agréable à travailler, la peau des mains restant malgré tout moins sensible que celle du cou. Elle est facile à tricoter, donne un résultat léger et très chaud. On dit que plus elle est lavée, plus elle s’adoucit, je ne sais pas…mais voilà, comme c’est un « manteau », elle n’a pas vocation à être portée à même la peau et son manque de douceur ne sera en aucun cas gênant.

– Oui, intéressant finalement…et le modèle, alors ?

– Ah ça c’est un modèle de Dee Hardwicke. Elle est une artiste et tricoteuse passionnée qui s’inspire de la beauté de la nature. J’adore ses palettes de couleurs (le rose de mon gilet Océana est une couleur signée Dee Hardwick) et son univers chamarré est irrésistiblement captivant.

inspirations de Dee Hardwicke
image extraite du livre – illustrant l’inspiration de Dee Hardwicke

– Ah, la nature, les fleurs, les couleurs…elle sait toucher tes cordes sensibles.

– Exactement! Et tu ajoutes à cela mon attrait pour les jeux de couleurs en tricot, tu penses bien que j’ai craqué pour son livre « Colourwork knits » qui a été traduit aux éditions de Saxe « Le tricot c’est tendance – tricoter en couleurs ».

couverture de Tricoter en couleurs

– Je comprends, il y a plus d’un modèle tentant

– Oui, trop ! Je me verrais bien en réaliser d’autres mais comme d’habitude, tu sais, j’ai les yeux plus gros que le ventre…Et tu vois, pour celles qui sont charmées par les fleurs d’hortensia mais qui ne veulent pas se lancer dans la réalisation d’une veste, il y a la superbe écharpe et le bonnet assortis.

modèle écharpe Dee Hardwicke
bonnet et échare « Hortensia » extrait du livre « Tricoter en couleurs » de DH

– Très jolis aussi, mais donc comment as-tu fait ton choix ?

– D’abord, je l’ai trouvé très beau et original, j’aime les motifs petites fleurs, d’ailleurs j’aime les hydrangea au jardin, j’aime la forme du col qui lui donne une belle allure. J’aime le petit jeu de texture avec le bas en point de riz qui apporte un peu de raideur et lui donne la tenue d’un vrai manteau par contre je ne le considère pas vraiment comme tel car pour moi un manteau doit avoir des poches mais soit… Je le trouve juste parfait dans ses couleurs d’origine mais j’avais trop envie de rouge. Et puis ce qui a tranché, c’est que j’ai vu en ce modèle la possibilité de combiner deux envies : celle de la laine rustique et celle d’essayer un intarsia.

manteau « Hortensia » extrait du livre « Tricoter en couleurs » de DH

– Ah oui, ton petit défi du moment ?

– Oui et en définitive, ce n’est pas vraiment l’intarsia qui m’a donné du fil à retordre…

– Ah bon ?

– C’est la bande de boutonnière et le col.

– Ah bon ?

– Oui, je t’explique….

– Euh, t’es gentille mais je te connais, une fois que tu es lancée… on ne t’arrête plus et là, j’ai plus trop le temps.

– Ah bon ! Tu jetterais bien un petit coup d’oeil à mes boutons quand même?

– Allez…

– Regarde, j’en suis super contente, je trouve qu’ils s’accordent parfaitement avec l’ensemble, ils donnent aussi bien sur le fond blanc que sur le fond rouge. Ils sont assez sobres mais néanmoins originaux avec cette petite touche diluée de gris. Je les ai trouvés à la mercerie Brodery à Namur, la dame est d’excellent conseil.

boutons de mon manteau Hortensia

– Oui, enfin ce sont des boutons, c’est un détail.

Ah le soucis du détail peut faire le cachet ! Tu sais que je touche un peu à la couture aussi et j’avais lu un jour que Coco Chanel faisait défaire la lisière de ses tissus pour en récupérer le fil pour la couture des boutons. Et bien je me suis inspirée de l’idée et comme le fil était trop gros, je l’ai dédoublé pour pouvoir l’utiliser pour coudre mes boutons.

bouton en détail

– Ah oui, pas mal…Enfin bon, là, vraiment, on continuera la fois prochaine.

– C’est ça, d’accord. A la prochaine.

Mon manteau Hortensia (partie 1)
Taggé sur :                    

4 réflexions au sujet de « Mon manteau Hortensia (partie 1) »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *