Après une première approche de la question du blocage, je vous détaille le troisième cas :  je bloque.

De toute évidence, le blocage est incontournable pour une dentelle

 

et cela l’a toujours été, le blocage révèle la dentelle, il fait partie intégrante de la technique.  Donc quand j’en réalise une, d’office, je bloque.

Je vous explique ma façon de procéder dans ces cas-là parce qu’elle me donne satisfaction, après, ma foi… je ne fais pas loi.

D’abord, je donne le bain à mon tricot. Même s’il s’agit de laine lavable en machine, je la traite comme une laine délicate. Et au lavage, qu’est-ce qu’une laine n’aime pas ?

Elle n’aime pas être brusquée! En gros, pas de frottements et pas de différences de température.

Donc, je fais couler au même moment, une bassine pour le nettoyage et celle(s) du rinçage. La température de l’eau au passage de l’une à l’autre sera du fait, la même. Comme savon, j’utilise un shampooing pour bébé. Je mets l’ouvrage dans le bain savonneux, je le pousse doucement quelques fois pour bien l’immerger et je le laisse tremper.

 

bain du châle

 

Pendant ce temps, je vais installer mon tapis.

Il vous faudra d’abord décider du terrain des manoeuvres. Comme il faut laisser en place jusqu’au séchage complet, il faut choisir un endroit où cet étalage ne va pas gêner (idéalement à l’abri du passage des enfants et des animaux ?). Pour tout vous dire, je le fais par terre dans la chambre de l’aîné quand il est au kot.

Là, il va falloir mettre en place une surface d’accroche suffisante. Il existe des tapis dédiés à cet usage. J’en ai acheté un mais les dimensions étaient vraiment trop réduites, et au final le prix au mètre carré est trop élevé. Comme il me faut parfois de grandes surfaces, j’ai acheté des tapis destinés à mettre sous les machines de sport.  Grande étendue assurée pour un prix raisonnable.

 

préparer le tapis pour le blocage

 

D’autres solutions sont possibles comme l’ancien tapis de jeux des enfants, un vieux matelas, un bloc de mousse, un tapis de yoga,…

Quand le matériel est en place. Je vais sortir le bébé du bain, le l’essore grossièrement juste en le comprimant (pas de tirage ou de torsion). Je le mets dans l’eau de rinçage et je l’essore de la même façon. Puis je le mets sur un ou deux essuies que je roule et comprime de nouveau.

 

poser sur des essuies pour essorage

 

rouler pour essorer

 

Retour sur le chantier avec le lainage mouillé. Et là j’étale et j’épingle.

 

châle pétales au blocage

 

Pour cela, J’utilise des câbles parce que c’est plus pratique que de tout épingler. Ce sont des câbles spéciaux et des épingles spéciales également. Je ne sais pas s’il existe des alternatives intéressantes. Il faut en tout cas veiller à avoir quelque chose qui ne rouille pas. Je n’ai jamais utilisé les peignes de blocage, je suis contente avec ma solution actuelle.

Quand on l’a fait quelques fois, cela paraît évident mais l’épinglage demande un peu de méthode.

On conseille d’épingler aux dimensions mentionnées dans le modèle mais pour un châle, ces dimensions peuvent être différentes en fonction de vos choix de fil, d’aiguilles, de nombre de répétition du motif,… Donc parfois, on ne sait pas quelles dimensions on doit obtenir, il faut y aller un peu au feeling.

Pour un ouvrage en triangle je glisse d’abord les câbles toutes les 2 ou 3 mailles dans le bord du haut et je fixe ces câbles avec les épingles en étalant bien les mailles tout au long. Parfois, je câble aussi l’arrête centrale pour assurer la symétrie.

 

blocage avec câble

 

Puis je câble les côtés. Pour cela, il faut faire en fonction du dessin de la dentelle. La bordure est souvent dentelée et il faut passer dans toutes les mailles qui vont former une « pointe ». Ensuite je fixe ces câbles sur le tapis avec les épingles en étirant progressivement le tricot de manière symétrique. Il faudra souvent réajuster un peu à droite, un peu à gauche.

 

blocage avec câble

 

J’accorde à la pointe une attention particulière pour bien positionner le dessin.

 

blocage de la pointe du châle

 

Une fois que j’ai obtenu la tension désirée, que le dessin de la dentelle est déployé de manière harmonieuse, je laisse la magie opérer.

Quand c’est sec (une dentelle, c’est l’affaire de quelques heures), je retire délicatement toutes les épingles et les câbles, je range tout et voilà ?.

Pour les arrondis, c’est le même principe, une partie des câbles du set sont souples et permettent donc aisément cette mise en forme.

Bien sûr, ce n’est pas « La » méthode à suivre absolument pour bien faire, il s’agit juste ici d’un partage d’expérience, n’hésitez pas à faire part de la vôtre en commentaire.

 

Là, je bloque…
Taggé sur :        

4 réflexions au sujet de « Là, je bloque… »

    1. Bonjour Ariane.
      Ce sont des accessoires spéciaux pour le blocage. Les épingles sont grandes et solides pour supporter la tension qu’on impose lors de la mise en place sans avoir peur de les casser, les câbles sont de longues tiges plus ou moins rigides pour l’alignement ou les arrondis. On peut s’en passer mais j’ai pris l’habitude de les utiliser et j’aime bien 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *