Sa première approche des arts du fil s’est faite au tricotin. Il a réalisé une « écharpe de poupée » et a enchaîné avec une vraie écharpe en plusieurs couleurs qu’il a fièrement offerte à son papa.  Puis il a voulu s’initier au tricot aux aiguilles. Les premiers essais avec des restes de fil n’étaient pas évidents mais il ne s’est pas découragé. On a optimisé les choses pour une initiation en douceur : un fil doux, facile, gros et coloré et des aiguilles courtes et légères. En un rien de temps, il avait pu ainsi faire une écharpe au point mousse pour sa petite sœur.

Une autre a rapidement suivi pour lui mais cette fois, il a appris la maille à l’envers pour la faire en côte 1/1.

 

écharpe en côtes 1/1

 

Avec la maille endroit et la maille envers, les portes de l’univers du tricot s’ouvraient grand à lui.

 

Il avait alors ambitionné de réaliser un pull mais cela me paraissait aller un peu vite en besogne. C’était donc parti pour une nouvelle écharpe. Mais cela n’empêche pas d’y ajouter de nouveaux petits défis.

Le fil est nettement moins gros, et cela implique un travail de plus longue haleine qui soumet inévitablement à l’épreuve de la persévérance. Mais Sabin aime se joindre au groupe d’ « Un point c’est tout » pour le plaisir de partager ce moment avec nous. Cet ouvrage s’avère donc être pour lui une opportunité, en quelques sortes, un abonnement à ces sympathiques réunions. C’est donc principalement lors de ces soirées que son écharpe a progressé. Lentement mais sûrement.

 

Sabin qui termine son écharpe

 

Le modèle en jersey est l’occasion d’acquérir une régularité sur ce point incontournable du tricot. Les bouts de l’écharpe sont en côtes 2/2, la principale difficulté rencontrée là est de ne pas faire de jeté lors du passage du fil de l’avant vers l’arrière.  Le fil auto-rayant donne un effet sophistiqué sans ajouter de complication. Sa couleur préférée est le jaune, il n’a donc eu aucune hésitation sur le choix du coloris. Il se réjouissait immanquablement chaque fois que le fil passait au jaune pour quelques lignes.

L’aventure commencée en août 18, s’est terminée le 3 avril 19. Il a dans la foulée appris à rabatte lui-même ses mailles.

Notons qu’entre temps, Sabin s’est aussi converti aux aiguilles circulaires. Et il en tire pour principal avantage, à ce stade, de pouvoir s’installer de manière confortable pour tricoter.

 

Bravo Sabin! Je te laisse le dernier mot…

 

Sabin et son écharpe

 

Tout d’abord, j’aimerais vous dire que cela n’a pas été tout le temps une partie de plaisir mais quand on a pris le pli du jersey ça devient plus facile. J’ai tout de suite adhéré aux aiguilles circulaires parce que elles ne me gênent pas en dessous des bras et du fait je pouvais tricoter dans le fauteuil. Je suis assez content du résultat.

J’ai aimé travaillé avec cette laine car j’aime la couleur changeante mais avec ce genre de laine il vaut mieux ne pas attaquer la pelote par le milieu parce qu’elle faisait des noeuds.

 

L’écharpe de Sabin
Taggé sur :                

3 réflexions au sujet de « L’écharpe de Sabin »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *