Je ne vais pas mêler le problème de gaspillage alimentaire à mes histoires de pelotes.
Non, par extension, cette expression signifie : surestimer ses capacités à faire quelque chose, voir trop grand.  Je ne me suis pas lancée dans une réalisation que je ne parviens pas à terminer (quoique…) par contre, je ne dispose pas d’assez de temps par rapport à la quantité de modèles qui me tentent.

Les tentations sont nombreuses : des nouveaux fils, des tas d’idées dans les magazines spécialisés ou sur internet, le projet d’une copine qui m’inspire soudain, une technique qu’il faut absolument que j’essaye, une couleur d’écharpe que je n’ai pas,…
Habituellement, avant la fin d’un ouvrage j’ai déjà le nécessaire en attente pour le suivant. Mais Il faut quand même un peu d’autodiscipline pour ne pas accumuler du fil pour plusieurs projets d’avance parce que ça ne laisserait plus de place à une idée de dernière minute. Et ça ce serait vraiment dommage.

 

J’ai une liste d’idées, dont je ne verrai jamais la fin. Et une fois devant un rayon de laines, je risque encore d’opter pour autre chose. Peut-être que finalement ce n’est pas plus mal. Devant un grand buffet, le plus alléchant n’est-il pas le dernier plat qui vient juste d’être déposé ?

 

Alors que vous soyez comme moi ou que vous soyez plutôt du genre à manquer d’inspiration, j’espère que vous apprécierez les suggestions que je déposerai ici de temps à autres pour vous 😉

N’hésitez pas à partager votre expérience en commentaires.
A bientôt

Avoir les yeux plus gros que le ventre

6 réflexions au sujet de « Avoir les yeux plus gros que le ventre »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *